09 août 2010

GI Jane

Le gentlegay s’est pris en main ou plutôt s’est mis un bon coup de pied dans son appendice fessier devenu tellement turgescent qu’il menaçait de déborder de son jean slimanien pour ressembler à un postérieur façon RnB caleçon apparent – so fashion faux pas : après avoir décroché son sésame ouvre toi d’une salle de sport, il a décidé de ne pas seulement exhiber ce pass VIP négligement aux coté de sa carte club2000 air France et de sa crate de fidélité Colette mais aussi de l’utiliser vraiment pour faire du sport.

Vous vous dites : comment ça ! il s’est vraiment mis à transpirer et à exsuder une odeur acre hormonale au milieu de machos dont le tour de bras est équivalent à son tour de cuisse… et bien oui, pas à pas, le gentlegay a en parti dénudé son corps diaphane, le protégeant d’un nuage de textile technique. Il a chaussé une paire de puma by Mihara Yusihiro, a enfilé un TShirt d’université américaine – code cultuel de la secte des grands sportifs internationaux – un short antitranspirant, antirougeurs antifatigue, expérimenté lors d’une expédition dans l’everest par un plongeur en apnée, et s’est aspergé de Musc by Kiels, bref il a revêtu son armure pour aller affronter ces gladiateurs modernes… et dieu sait qu’il aime les films de gladiateurs… mais là, d’un coups, en vrai, cette réalité augmentée virile testostéronisée avait quelque chose d’angoissant…

Premier cours, cycling, Fast and Furious, ça sent la bonne dépense, enfin bonne je ne sais pas, car si une partie de mon cerveau bilingue m’a bien indiquée que fast et furieous laissait présager un cours proche d’un boot camp de l’armée américaine, une autre partie motivée par l’arrivée d’un été en maillot me fit passer outre en décrétant « qu’il fallait souffrir pour être beau »…je ne suis pas contre cette bonen vieille maxime populaire, mais il n’a jamais été dit que le degré de souffrance devait atteindre l’insupportable ! car l’excercice sportif s’est transformé en Prison Break : tenir le coups ou s’évader telles étaient les 2 seules options, sauf que impossible de s’évader donc...

Enfermé dans un bunker noir, de la musique à l’electro divagant plein les oreilles (niveau de décibels proche d’une déflagration atomique)  et moi en train de pédaler suant plus de sang que d’eau, en pleine apoplexie sous les hurlements du GI qui tient lieu de coatch, pantalon de jogging remonté sur des mollets bronzés et tatoués, la lippe arrogante, le biceps saillant et tellement fantasmatique de masculinité et la gouaille militaire, à la fois sex et malsain…c’est fou les efforts qu’on peut faire pour plaire à son tortionnaire sexy, syndrome de Stockholm vous avez dit ?

Au bout de 45min – c’est long à vivre pour un infarctus - à subtilement tricher en diminuant la résistance à chaque fois que Bruce demandait de l’augmenter car « on n’est pas des mauviettes » ou « plus vite mais plus vite je te dis » ou « allez cette chanson c’est ma préférée alors on va tout faire péter » ou « c’est pas un petit effort supplémentaire qui va vous décourager hein les gars (souhaitait-il seulement la réponse ?) », il ne manquait que le fameux «c'est pas un sport de PD »... euh ben justement... je me suis retrouvé essoufflé, éreinté,  pantelant, le visage décomposé, la trace de la marque du guidon en blanc sur mon front rouge tomate, mes vêtements bons à être essorés par la mère Denis et juste rêvant de red bull en haute perfusion… le général Bigeard a alors annoncé « bon pas mal ce petit échauffement, allez vous restez pour le cours d’après et on se revoit ensuite demain » euh ben moi perso ce sera plutôt yoga et Pilate, mais pas avant une semaine hein,  histoire que mes poumons se rappellent déjà à mon bon souvenir…parce que GI Jane c'est un film et que Demi elle, elle est en perfusion d Ashton alors ça conserve....

Mais il restait encore au gentlegay bien d’autres jeux du cirque à expérimenter…à suivre….

 

Posté par Le gentlegay à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur GI Jane

Nouveau commentaire